NOUVELLE ZELANDE: Backpacking - on vous dit tout

8 Mar 2017

La Nouvelle Zélande c’est 2 îles, 14 régions, 15 000 km de côtes, près de 4000 lacs, 14 parcs nationaux, et une quantité indénombrable de paysages époustouflants. Il y a donc de quoi faire pour les adeptes d’aventures et de nature.
Alors si toi aussi tu rêves de partir en road trip en NZ, il y a quelques (12) petites choses que tu devrais savoir avant d’enfiler ton sac à dos :

 


1. Aux grands espaces (et moutons) tu t’habitueras
C’est grand comment la NZ? 270 000km2, soit la taille de l’Angleterre. Sauf que l’Angleterre c’est 53 millions d’habitants contre 4,5 millions en Nouvelle Zélande.

Enfin 4,5 millions c’est que pour les humains car tu peux rajouter 32 millions pour les moutons. Amis matheux votre calcul est juste: 1 humain pour 7 moutons!
Si on te redonne encore quelques chiffres, la Nouvelle Zélande c’est 17 habitants au km2, contre 269 en Angleterre ou 122 en France. Il reste donc pas mal d'espace, peu construit par l’homme; un grand terrain de jeu pour les fanas de rando ou autres activités outdoor!

 

 

2. Beaucoup de kilomètres tu feras
On l’a mis en deuxième position, mais c’est sans aucun doute le commandement le plus important. On t’a dit que c’était grand la Nouvelle Zélande donc tu vas rouler, et marcher.

Rien que pour commencer, tu parcours 19 000 km pour rejoindre la NZ (de France) ; et ce n’est pas fini ! Du nord au sud, il faut compter 1600km mais ça c’est seulement si tu traverses au milieu car si tu veux faire le tour (littéralement) des deux iles il faudra compter quelques milliers de plus (5000km à la louche).
Les radins s’abstenir car de l’essence (et du fric) tu vas en passer !

Mais des kilomètres tu ne vas pas en faire qu’en voiture, tu vas aussi en faire à pied. Sportif ou pas tu auras du mal à résister à la rando qui t’emmène au point de vue exceptionnel. La bonne nouvelle c’est que marcher c’est gratuit et ça fait du bien au cœur et au corps (quand tu as dépassé le stade des courbatures aux jambes, aux fesses, aux pieds....)

Allez, en route!

 

 

3. Ton van tu aimeras
Tu cherches à voyager librement ? Tu rêves de te réveiller bord de mer puis le lendemain aux pieds des montagnes ? Tu aimes camper tout en restant au sec ? Alors le van est fait pour toi !
Plus que ton fidèle destrier, ton van deviendra aussi ta maison: cuisine, chambre, salon, tout y est. Tu vivras comme un petit escargot pendant plusieurs mois, pas trop vite, avec ta maison sur le dos. Et tu verras que des escargots comme toi il y en a plein la NZ, car ce pays s’y prête plutôt bien.
Rapidement tu commences à l’aimer ta voiture-maison, tu lui donneras même un petit nom (Kiwiwi : mix de kiwi et oui-oui – on sait on est talentueux !). Tu la décoreras et tu en prendras soin car tu veux qu’elle vive longtemps (ou du moins assez longtemps pour finir ton trip). Même si de temps en temps, tu lui seras infidèle à ton van, mais tu ne peux pas t’en empêcher car dormir en tente c’est trop bien!

 

 

4. A l’envers tu vivras
Pas de surprise si on te dit que La Nouvelle Zélande se situe dans l’hémisphère sud. Par contre ce qui est surprenant c’est que tout y est inversé. Il va te falloir un peu de temps pour te faire à :

  • La conduite à gauche (volant à droite, le levier de vitesse à gauche, manettes de clignotant à la place de celles des essuies-glaces...c'est quoi ce bordel, au secours!)

  • La rando à gauche (quand tu croises du monde tu te ranges à gauche et pas à droite)

  • Les saisons inversées (l’été de Décembre à Mars - t'as déjà vu le père noël en maillot de bain?)

  • La chasse d’eau qui tourne dans l’autre sens

  • L’exposition au nord pour avoir le soleil

  • Les verrous de portes qui ferment et ouvrent à l’inverse

  • Les freins de vélos (frein avant à droite, et arrière à gauche – ça nous a valu quelques frayeurs en VTT)

 


5. La météo capricieuse tu subiras
Rappelons le, la Nouvelle Zélande est une île (ou plutôt deux), donc le temps tourne vite. Dans la même journée tu pourras avoir bien froid puis ensuite bien chaud (le soleil brûle, et en bons sudistes on sait de quoi on parle !). "4 seasons in one day" comme ils disent ici...
La règle de survie en NZ: sortir couvert (k-way, crème solaire – à quoi tu t’attendais petit  pervers?) ;) 

 

 

6.  Le kiwi tu apprivoiseras
Lequel de kiwi? Le local, le fruit ou l’animal ?  Tous

Pour te fondre dans la masse, tu te dois de parler local, ce sera ton camouflage verbal (même si ton accent te trahira !). Alors il faut que tu saches, que le kiwi a un accent assez particulier, sans compter tous ces mots bizarres qu’il utilise : togs, jandals, yeah nah, bikki, mate…).   Pas de panique si tu ne comprends pas grand-chose au début, ça viendra. Il nous aura fallu, avec un bon niveau d’anglais, quelques temps et quelques séjours chez l’habitant pour maitriser le ´dialecte ´ local.

Le kiwi fruit, tu en mangeras beaucoup. C’est produit en masse, c’est bon et pas cher (quand c’est la saison). Du vert ou du gold, tu as le choix.

Et le kiwi, l’oiseau, on peut rien t’en dire car on en a pas vu, comme la majorité des locaux. Disons que c’est comparable au Dahut, c’est une légende pour attirer le touriste (tu sens qu’on est blazé?). Blague à part, tu pourras en voir au zoo ou à Stewart Island, enfin c’est ce qu'il paraît!

 

 

 

7.  Des créatures en tout genre tu rencontreras

La Nouvelle Zélande est célèbre pour la richesse de sa faune (et de sa flore). L’humain ne représente d’ailleurs que 5% des espèces vivantes en NZ, les oiseaux et animaux composant les 95% restant. Des possums (vivants ou morts sur la route), des otaries, des oiseaux par milliers, des dauphins, des pingouins, des moutons, des vaches, et même des hobbits…il y a l’embarras du choix.

Alors toi tu t’émerveilleras devant tant d’animaux quand le local lui n’y verra rien de surprenant ou de mignon.

Tu prendras aussi une petite leçon de Maori, en essayant de prononcer et retenir le nom des oiseaux natifs : Pukeko, Kereru, Kakapo, Kea, Takahe (même combat pour le nom des villes et villages!).

 

 

8.  Les sandflies tu détesteras

En parlant de créatures, celle-là…rien que d’y penser on est énervé !!! Ce petit insecte, mi moucheron-mi moustique,  pourra te ruiner ton voyage. Si tu as le malheur d’avoir un petit bout de peau nue, il y verra une invitation à diner. Il  est là et te lâche pas, il aime le goût de ton sang et de ta peau.

Alors tu optes pour le manche longue, le pantalon dans les chaussettes, le répulsif…il pique moins mais il continue de te tourner autour et de te rendre zinzin. Et le pire c’est au crépuscule, comme un vampire il se réveille, affamé. Et pour continuer sur la comparaison du vampire, il parait que si tu bouffes beaucoup d’ail il préférera bouffer ton voisin.

Bref, tu as trois solutions (ou quatre mais la dernière est assez drastique) :

  • T’armer de patience

  • Faire un régime hyper ailé en espérant que ça marche, sinon tu pueras du bec pour rien

  • Ne pas sortir de ton van pendant x mois

  • Ou te couper les bras et jambes avant le voyage en NZ
     

Merci aux copains Coralie et Julien pour la figuration photo ;)

 

 

9. Déconnecté tu seras
La Nouvelle Zélande c’est le pays des grands espaces, de la nature, de la déconnexion - au sens propre et figuré. L’internet haut débit et le réseau téléphonique se font rares. Mais on aime à penser que parfois ça fait du bien de se concentrer sur les choses simples de la vie.
Pas de panique, pour ceux qui ne tiendraient pas une semaine loin du monde moderne, et bien il y a la solution de la library (bibliothèque municipale) et de son free wifi. Chaque ville et village ouvre ses portes aux backpackeurs désespérés pour rattraper leur retard Facebook/Instagram/Twitter et  appeler maman/papa, mamie/papi et toute la family.
La bibliothèque sera ton point de contact avec le monde externe, et ton QG par temps de pluie (et crois-moi tu y passeras pas mal de temps à la library, par ce qu’il pleut souvent en NZ).

 

 

10.  Equilibré tu mangeras
C’est très équilibré les conserves, non ? Du thon, des ‘diced tomatoes’, des ‘beans’, de la ratatouille, des haricots...tout ce dont tu as rêvé existe en conserve. Pratique, rapide, pas cher c’est le must-have du campeur/backpackeur.
Pour ceux qui seraient plutôt adeptes des fruits et légumes du jardin, vous pourrez opter pour les honesty boxes en bord de route et les marchés hebdomadaires.
On a aussi une pensée toute particulière pour les noodles  (pas en conserve celles-là) et le Fish&Chips local !
Alors non, ton voyage ne sera pas très gastronomique mais plutôt pratique.
Pas de doute, la France et sa bonne bouffe va te manquer. Tu rêveras d’une bonne raclette, d’un gratin dauphinois ou d’un bon saucisson. Notre sujet préféré en rando : « tu mangeras quoi quand tu rentreras en France toi ? » (quand tu marches 6 heures faut bien combler).

 

 

11. A tes applis camping tu te fieras

Campermate, CampingNZ, Wikicamp…sont tes compagnons de voyage. Ils t’accompagnent partout, te conseillent et te guident.

Tu cherches où camper, où faire tes courses, où mettre le plein d’essence, où trouver du wifi, où te doucher…? ouvres ton app et c’est tout trouvé. Pendant quelques mois tu vadrouilleras en lisant les bons plans et commentaires (en tout genre) des copains backpackeurs qui sont passés avant toi.

Qu’est-ce que t’attends? fonces sur l’Apple/Android Store et télécharges moi tout ça (c’est gratuit) !


 

12. De la douche chaude tu rêveras
Une douche chaude? Fastoche tu me diras, je vais dans la salle de bain et j’ouvre le robinet. Et bien ce n’est pas si facile quand tu vis sur la route. D’abord il faut trouver la salle de bain (Campermate au secours !), puis ensuite voir combien cette douche chaude va te coûter (illimité ou $1 les 6 minutes).
J’imagine déjà ta tronche en lisant ´6 minutes’, j’ai fais la même la première fois. Tu te dis ´6 minutes pour me savonner, laver les cheveux, raser les jambes et rincer le tout ça va être sport’. . Et en fait tu réaliseras assez vite que 6 minutes c’est même trop!

Une autre option: la douche solaire. Tu remplis ta douche, tu la poses derrière ton pare-brise et tu attends que le soleil joue le rôle de chaudière. Et par une journée bien ensoleillée à toi la douche chaude, à poil en pleine nature (le pied !).
Et sinon pour les plus courageux, vous pouvez opter pour le plouf en rivière ou lac, avec votre savon écologique of course!

Alors oui, le coté logistique est un peu galère mais le gros point positif c’est qu’une expérience comme celle-ci :

  • te sensibilise sur ta consommation d’eau

  • et te fait prendre conscience que l’eau chaude sur demande est un luxe!

 

Please reload